taux cendre pellet
Poêles

Le taux de cendre des pellets : pourquoi il ne faut pas négliger cette caractéristique ?

Par Julien Lamentiere , le 12 janvier 2024 , 1 commentaire - 4 minutes de lecture
3.6/5 - (5 votes)

Parmi les différents types de combustibles utilisés pour se chauffer ou produire de l’énergie, les pellets, encore appelés granulés de bois, ont conquis ces dernières années de nombreux foyers et entreprises. Ce type de combustible est issu du compactage des résidus de sciure de bois et présente une multitude d’avantages tant au niveau écologique qu’économique. Un critère essentiel à prendre en compte pour juger de la qualité des pellets est celui du taux de cendre. Qu’est-ce que cela signifie et quelles sont ses implications ? Cet article vous explique tout ce qu’il faut savoir sur le sujet.

Le taux de cendre : définition et calcul

Le taux de cendre désigne la proportion de matière minérale qui reste après la combustion complète des pellets. En d’autres termes, il correspond aux déchets solides résiduels qui ne peuvent pas être brûlés. Pour le mesurer, on procède généralement par analyse thermogravimétrique. Cette méthode consiste à peser un échantillon de pellets avant sa combustion dans un four programmé à une température précise (typiquement entre 550 et 600°C), puis à peser à nouveau les cendres obtenues après refroidissement. Le taux de cendre s’exprime alors en pourcentage :

Taux de cendre = (masse des cendres / masse initiale) x 100

Il est important de noter que le taux de cendre peut varier en fonction de plusieurs paramètres, tels que la composition du pellet (essence de bois utilisée, présence éventuelle d’additifs…), les conditions de combustion (température, humidité…) ou encore la qualité du broyage et du séchage lors de la fabrication du pellet.

L’influence du taux de cendre sur la qualité des pellets

Le taux de cendre a une incidence directe sur plusieurs aspects liés à l’utilisation des pellets :

  • Rendement énergétique : un faible taux de cendre traduit une meilleure combustion du combustible, qui libère ainsi davantage d’énergie. Les pellets au taux de cendre réduit sont donc plus performants pour le chauffage, permettant également de réaliser des économies.
  • Entretien des installations : plus le taux de cendre est bas, moins il y a de résidus solides à évacuer et à nettoyer dans les équipements de combustion et les conduits. Un taux de cendre élevé entraîne un encrassement plus rapide des installations, ce qui augmente la fréquence des opérations d’entretien.
  • Impact environnemental : un bon taux de cendre témoigne d’une combustion optimale, qui génère moins de polluants atmosphériques (gaz à effet de serre, particules fines…). L’utilisation de pellets de qualité à faible taux de cendre participe donc à la réduction de l’empreinte écologique du chauffage au bois.

Les normes et labels pour les pellets

Afin d’aider les consommateurs et les professionnels à identifier facilement les produits dont le taux de cendre respecte un niveau de qualité adéquat, plusieurs normes et labels ont été mis en place. Parmi eux :

  1. la norme européenne ENplus : cette certification, créée par l’European Pellet Council (EPC), garantit que les pellets répondent à des critères précis en matière de granulométrie, d’humidité, de densité, de pouvoir calorifique et bien sûr, de taux de cendre. Selon cette norme, le taux de cendre doit être inférieur ou égal à 0,7 % pour les pellets classés A1, et inférieur ou égal à 1,5 % pour les pellets classés B.
  2. le label français Din+ : il reprend en grande partie les critères de la norme ENplus, avec des exigences spécifiques concernant les émissions de polluants atmosphériques et la provenance des bois utilisés pour la fabrication des pellets. Le taux de cendre maximal autorisé avec cette labellisation est de 0,7 %.
  3. la certification américaine PFI : mise en œuvre par le Pellet Fuel Institute, elle offre des garanties similaires à celles de la norme ENplus, tout en s’adaptant aux conditions particulières du marché nord-américain. Le taux de cendre admissible varie de 1 % (Premium) à 3 % (Standard).

Ces normes et labels servent donc d’outils de référence pour les consommateurs et les fabricants, qui peuvent ainsi s’assurer que le produit acheté respecte un certain niveau de qualité en termes de performance énergétique et d’impact environnemental. Cependant, il est également important de contrôler régulièrement ses installations de chauffage et de veiller à leur bon entretien, afin de prévenir tout problème lié au taux de cendre.

Tutos-Poele : L'actualité autour du Bois !

Julien Lamentiere

Julien Lamentiere

Julien est le fondateur de Tutos-Poele , les poêles à granulés le fascinent et il a étudié minutieusement les accessoires permettant de consommer moins de pellets.

Commentaires

Avatar

Le 14 janvier 2024 à 9 h 23 min, Molle a dit :


Quel est le meilleur pellet dans toutes ces marques ont est perdu ???


Votre réponse sera révisée par les administrateurs si besoin.

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.